Le vieux juif et le FeldGeneral

Partager:

L’histoire se passe en 1936 en Allemagne. Dans un compartiment de train, un vieux juif est assis devant un FeldGeneral bardé de décorations.

A un moment, le vieux juif sort de sa poche un morceau de papier alu contenant deux sardines à l’huile. Il mange goulûment ses deux sardines, remet ses déchets dans le papier alu, et le tout dans sa poche.

Pendant ce temps, le général l’a regardé d’un air pensif. Vu qu’ils sont seuls dans le compartiment, au bout d’un moment, le général demande au vieux juif :
– Tu es juif ?
– Ja, Herr General…
– Dis-moi, comment vous faites, vous les juifs, pour être d’aussi bon commerçants ?
– Ah, ça, herr General, c’est un secret qui ne peut être transmis que d’un juif à un autre juif… Je ne peux pas vous le dire.
– Ecoute. Voilà 5000 marks. Tu les prends et tu me dis ton secret, ou je t’envois dans un camp !
– Bon, d’accord, herr General, dit le vieux en empochant les 5000 marks. Vous voyez, si nous, les juifs, on est de bons commerçants c’est parce qu’on a de ça dans la tête…

Et il se tape le front de la paume de la main. Le général, en faisant le même geste :
– Et comment fait-on pour avoir de ça dans la tête ?
– Si on a de ça dans la tête, c’est parce qu’on mange de ça.

Et il tapote la poche où il a fourré ses déchets de sardine. Le général lui dit :
– Donne-moi ce que tu as dans la poche !
– Je ne peux pas le partager avec un goy…
– Tiens, voilà encore 5000 marks, je te les achète.

Le vieux lui donne les déchets de sardine, que le général déballe et mange avec moult haut-le-coeur. Quand il a fini, il regarde le vieux juif, l’air pensif, et il lui dit :
– Attends… Je viens de manger les déchets de sardine que je t’ai achetés 5000 marks, sans compter les 5000 marks que je t’ai donné avant. Et toi, les sardines, tu les avais déjà mangées…

Le vieux se tape le front avec la paume de la main et dit :
– Ben vous voyez ! Ça commence à rentrer !

Partager:

Commentaires

commentaire

page-fan-facebook-facteurs-cles-de-succes